Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saints Pierre et Paul en Genevois Eglise Catholique du canton de Saint Julien en GenevoisParoisse Saints Pierre et Paul en Genevois
Menu

Feigères

Patron : saint Lazare

Lazare de Béthanie, frère de Marthe et Marie, était un riche juif, ami de Jésus. Il est particulièrement connu pour sa résurrection relatée dans l'évangile de saint Jean (11, 1-44)

La tradition veut que, après la mort de Jésus, il soit parti avec ses deux sœurs et ait évangélisé la Provence et devint le premier évêque de Marseille.

On le fête le 29 juillet.

Histoire et curiosités

L'extérieur de l'église a été rénové et le parvis réaménagé en 2012.

L'église est ouverte tous les jours.
Pour contacter la personne qui s'occupe de l'entretien, s'adresser à la maison paroissiale de Saint-Julien.

Notre Dame de la Salette

Lieu de pèlerinage paroissial le 15 août de chaque année. La messe, animée par la communauté locale, est généralement suivie d'un verre de l'amitié et d'un pique nique partagé. La journée se conclut avec une prière mariale.

Une vente de pâtisserie permet de récolter quelques fonds pour l'entretien du lieu.

                                                           

 

Histoire de La Salette

Entre 1400 et 1789, treize seigneurs règnent successivement sur le promontoire, dit du Châtelard, vaste construction munie de tous les perfectionnements de l’art militaire. C’est sur l’emplacement de ce château féodal que furent par la suite érigées la croix du Châtelard et la chapelle Notre-Dame-de-la-Salette.

Le révérend Mugnier, curé de Feigères de 1864 à 1884, veut édifier une chapelle sur l’emplacement même du manoir féodal, l’ancienne demeure du seigneur du Châtelard. Le curé veut que la paroisse ait son sanctuaire dédié à la Vierge face à la Genève protestante. La première pierre de cette chapelle est bénie le 5 juillet 1874 et, à 75 ans, le curé Mugnier s’assure le dévouement des prêtres originaires de Feigères, plus spécialement l’un d’entre eux, l’abbé Philippe, curé de Bossey : ensemble, ils récoltent lentement des fonds.

À la mort du curé Mugnier en 1884, l’abbé Philippe hérite de la chapelle en cours de construction. Mais lorsqu’il décède à son tour, il n’a pas pris la précaution essentielle de désigner un successeur sûr et consciencieux qui, bien que propriétaire fictif, aurait mis la chapelle à l’abri de toute revendication.

Elle est alors mise en vente et devient d’abord la propriété d’un nommé Risse, banquier et habitant de Cervonnex. Puis, l’abbé Rannaud, curé archiprêtre de Saint-Julien, épris du zèle le plus louable, met une surenchère auprès du tribunal de Thonon pour en devenir l’acquéreur.

Quelques années plus tard, le curé François Rosset finit d’édifier la chapelle et la bénit le 10 juillet 1927. Elle est vouée à la dévotion de la Vierge Marie apparue à la Salette dans la région grenobloise, d’où son nom.

Source : Feigères, Abel Jacquet, 1986, Imprimerie des Beaux Arts