Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saints Pierre et Paul en Genevois Eglise Catholique du canton de Saint Julien en GenevoisParoisse Saints Pierre et Paul en Genevois
Menu

Beaumont

Etape sur le chemin de Compostelle...

Patron : saint Étienne

Étienne fut l'un des sept hommes, les "diacres", préposés par les apôtres au service des pauvres ("service des tables"). Calquant sa prière sur celle de Jésus en Croix, il meurt par lapidation en priant pour ses bourreaux : "Seigneur Jésus, ne leur impute pas ce péché... Seigneur Jésus, reçois mon esprit !"

Pour Benoît XVI, saint Étienne « est aussi un modèle pour tous ceux qui veulent se mettre au service de la nouvelle évangélisation ».

On le fête le 26 décembre

 

Rembrandt - Lapidation de St Etienne

Les orgues de Beaumont

En juillet 1996 l'orgue sorti des ateliers de Pierre Saby résonnait pour la première fois à l'occasion du concert inaugural donné par la grande dame de l'orgue: Marie-Claire Alain. Depuis, une centaine de concerts  a permis la découverte de l'orgue en dehors de la musique sacrée associée à la liturgie: contes musicaux, negro spiritual, jazz "Bach-Coltrane", tangos ecclésiastiques , musique médiévale , avec la complicité d' instruments à cordes, de cuivres, de percussions, de chœurs, emmenés par des artistes d'exception.

L'association Les orgues de Beaumont organise plusieurs concerts dans l'année ainsi qu'un festival au mois de juillet.

Retrouver ICI les détails du concert de printemps 2016

Histoire et curiosités

Depuis le cinquième siècle, une église est attestée en ce lieu. Sur les routes de Compostelle, cette église accueille de très nombreux pèlerins.

En 1984, sous l'impulsion de Simon Jeanmonod, l'intérieur a été restauré ; la chaude couleur ocre des peintures donne à la nef une grande intimité. La fresque du chœur dédiée à la Vierge Marie a retrouvé sa splendeur première en 2001

Dans l'église, vous pourrez voir:
- La voûte du chœur avec des peintures sur la Vierge : l'Annonce faite à Marie, Marie dans sa Gloire, Jésus au temple,
  parmi les Docteurs.
- Le Baptistère et le Bénitier
- Les stalles du monastère de Pomier

L'église est ouverte tous les jours. Pour contacter la personne qui s'occupe de l'entretien,
s'adresser à la maison paroissiale de Saint Julien

Notre Dame de l'Espérance

Pour aller prier au calme, un village se mobilise pour remettre l'oratoire en bon état.

C'est en 1985 que l'idée de trouver un lieu pour édifier un oratoire à la Vierge, est née dans la tête de l'ancien curé, le Père Amédée. Rien n'était disponible, sauf une petite masure abandonnée au milieu des ronces, et menaçant de tomber en ruine, dans les bois, au pied du Salève : « La cabane du câble »

Cette cabane, construite par la famille Brand, servait autrefois de relais pour le transport des marchandises. Avec un système de câbles, la reliant à un hôtel-restaurant de renom, très fréquenté par les Genevois et de nombreuses personnalités et géré par cette famille Brand, propriétaire aussi d'une grande ferme au lieu-dit « La Thuile » en droite ligne de l'oratoire. Il n'y avait pas de route, et il fallait descendre la marchandise fabriquée à la ferme pour aller la vendre à Genève (beurre - fromage - œufs - viande, etc.) et remonter par la même occasion ce qui était nécessaire à la marche d'un hôtel, d'où l'idée de ce modeste « téléphérique » avec ses câbles et le nom : « la cabane du câble »

La réparation de la masure
Par la suite, le domaine de la Thuile a été acheté par la commune de Beaumont en 1983, grâce à la clairvoyance et la ténacité de Messieurs André Paccard et Pierre Ricard, maire et adjoint à l'époque, à la plus grande satisfaction de tous les habitants de la commune. Mais il fallait réparer la masure, et il fallut toute la foi et la compétence de Simon Jeanmonod, président de l'Étoile Stéphanaise, pour mener à bien ce projet. C'est tout naturellement qu'une équipe s'est formée autour de lui. La plupart ayant déjà participé à la récente restauration de l'église et rassemblant dans un même élan pratiquants et non pratiquants, se transformant selon les besoins, en bûcherons, charpentiers ou maçons ; le bois fut débité en masse.

Travailler en équipe. Le Père Amédée ajoute la joie
Ce fut un travail de titan. Le tout, dans une bonne humeur et une amitié extraordinaires. La plupart du temps, les repas étaient pris sur place : barbecue, ou « faits-maison ». Quelques dames apportaient parfois le réconfort liquide. Merci au Père Amédée qui a su être l'instigateur et l'âme de cette équipe. Merci à Simon, son infatigable second. Merci à tous ceux qui ont participé d'une façon ou d'une autre.

Merci surtout à André Baud qui a réalisé un nouveau toit et à toute son équipe
qui a su redonner une nouvelle jeunesse à ce coin qui incite au calme, au
recueillement, à la paix.

Une fois par année - en juin - la messe dominicale y est célébrée en plein air.