Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saints Pierre et Paul en Genevois Eglise Catholique du canton de Saint Julien en GenevoisParoisse Saints Pierre et Paul en Genevois
Menu

Miséricorde et Paix

Message de notre évêque, Mgr Boivineau, pour ce début d'année 2016 : "Ne vous laissez pas voler la joie !"

« Ne vous laissez pas voler la joie ! » Comment ouvrir, dans la joie, l’année nouvelle, alors que notre mémoire est blessée par le souvenir douloureux des événements qui ont marqué l’année 2015 ? Nous ne pouvons pas oublier, mais nous ne devons pas ressasser. Il ne s’agit pas de tourner la page, mais bien d’écrire ensemble notre avenir...

 

... Nous ne pourrons le faire avec l’encre de la peur, de la méfiance, voire du rejet. Si l’homme peut être capable du pire, nous savons aussi qu’il est capable de donner le meilleur de lui-même, et c’est avec ce « meilleur » que nous pouvons tisser les mailles d’une humanité fraternelle et solidaire.

Dans son Message pour la Journée mondiale de la Paix, « Gagne sur l’indifférence et remporte la paix ! », le pape François nous exhorte à « ne pas perdre l’espérance dans la capacité de l’homme, avec la grâce de Dieu, à vaincre le mal et à ne pas s’abandonner à la résignation et à l’indifférence… Il y a de multiples raisons de croire en la capacité de l’humanité à agir ensemble, en solidarité ». (n° 2)

  L’indifférence caractérise l’attitude de celui qui ferme son cœur, ses yeux, ses mains.  Elle ne date pas d’aujourd’hui mais, dans le monde interconnecté qui est le nôtre, elle dépasse le domaine individuel et prend une tout autre dimension : « la globalisation de l’indifférence » investit la sphère publique et sociale. L’indifférence envers le prochain est « fille de l’indifférence envers Dieu » : quand l’homme pense être l’auteur de lui-même et qu’il ne doit rien à personne, il perd sa capacité d’éprouver de la compassion pour les autres, pour leurs souffrances.

  Nous sommes en communication dans l’instant avec le monde entier, mais la saturation des informations peut produire en nous un phénomène d’accoutumance et nous anesthésier, jusqu’à relativiser la gravité des problèmes. Lorsque l’indifférence s’installe, elle génère la fermeture et le désengagement, et « contribue à l’absence de paix avec Dieu, avec le prochain et avec la Création ». (n° 3)

  L’inertie et le désengagement laissent se développer les situations d’injustice qui risquent de déboucher tôt ou tard sur des violences et de l’insécurité. Quand l’indifférence « investit le niveau institutionnel, elle favorise et parfois justifie des actions et des politiques qui finissent par constituer des menaces pour la paix ». (n° 4)

  « Qu’as-tu fais de ton frère ? » Dans la parabole du Bon samaritain (Luc 10, 29-37), Jésus dénonce cette indifférence qui se trouve si aisément des prétextes : il nous invite « à apprendre à nous arrêter devant les souffrances de ce monde pour les soulager, devant les blessures des autres pour les soigner, avec les moyens dont on dispose, à commencer par son temps… ». (n° 5)

  Le Saint-Père nous convie à passer de l’indifférence à la miséricorde, à avoir « un cœur qui bat fort partout où la dignité de l’homme est en jeu » ; « à faire de la compassion, de l’amour, de la miséricorde et de la solidarité un vrai programme de vie, un style de comportement dans nos relations les uns avec les autres ». L’indifférence est une menace pour la paix. Ne laissons pas s’installer l’indifférence entre frères. La Paix est don de Dieu, mais ce don est remis entre nos mains !

 Heureuse année au service de la Paix !

†  Yves Boivineau,
Évêque d'Annecy

 

Éditorial du numéro de janvier 2016 d’ÉGLISE D’ANNECY.