Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saints Pierre et Paul en Genevois Eglise Catholique du canton de Saint Julien en GenevoisParoisse Saints Pierre et Paul en Genevois
Menu

Meilleurs souhaits ! Messsage de Mgr Yves Boivineau

Un souhait n’est pas une promesse : il peut être sincère, mais rien ne garantit qu’il se réalisera. Nos vœux du Nouvel An ne seraient-ils pour autant que des « vœux pieux », et donc parfaitement inefficaces et inutiles ? Les vœux peuvent être purement formels, nous le savons bien. Mais souhaiter à quelqu’un une bonne et heureuse année, c’est évidemment affirmer, confirmer, instaurer ou encore restaurer une relation… Ce n’est pas anodin...

... Offrir ses vœux, c’est vouloir le bien de l’autre, et donc un geste de bienveillance. Dans la grisaille de l’hiver, et plus encore au milieu des difficultés de notre « vivre ensemble », les vœux peuvent apporter un rayon de lumière. Nous avons tant besoin de bienveillance mutuelle, c’est-à-dire de cette « affection qui porte à désirer le bonheur du prochain », dans une société qui ressasse à l’envi ses malheurs au risque d’en générer de nouveaux, dans un monde blessé par l’indifférence, la violence, la haine, l’exclusion. Les vœux nous invitent à cultiver une attitude de bienveillance… tout au long de l’année !

« Je supplie de tout mon cœur la bonté du Seigneur
de vous donner un bon commencement,
un meilleur progrès et une très bonne fin d’année »

(Saint François de Sales, E.A. XIII, 401).
 

Nos souhaits nous engagent les uns à l’égard des autres et, en ce sens, ils peuvent être une promesse ! Nous ne savons pas ce que l’année nouvelle nous réserve comme joies ou comme épreuves. Offrir ses vœux à quelqu’un, c’est au fond lui dire : quoiqu’il arrive, tu peux compter sur moi, non pour changer le cours des événements mais pour être avec toi dans les passages que tu auras à vivre. N’est-ce pas cela la bienveillance ? Vouloir le bien, et tout mettre en œuvre pour cela.

Pour demeurer dans cette attitude de bienveillance, un conseil de saint Paul peut nous être utile : « Donnez du courage à ceux qui en ont peu, soutenez les faibles, soyez patients envers tous. Que personne ne rende le mal pour le mal, mais recherchez toujours ce qui est bien, entre vous et avec tous. Soyez toujours dans la joie. Rendez grâce en toute circonstance : c’est ce que Dieu attend de vous dans le Christ Jésus… Discernez la valeur de toute chose : ce qui est bien, gardez-le »
(1 Th 5, 14-21).

Rechercher ce qui est bien et retenir ce qui est bon : voilà une belle feuille de route ! Nous ne construisons rien en dénigrant. Ne nous laissons pas entraîner dans une critique permanente qui sape l’espérance et l’initiative. Il est bien sûr nécessaire de discerner pour ne pas pactiser avec le mal et tout ce qui détruit la dignité de l’homme. Mais nous ne pouvons progresser, personnellement et ensemble, qu’en prenant appui sur ce qui est bon. Point ne suffit de dénoncer : il faut annoncer ! Le moment présent est difficile pour beaucoup, sur les fronts de la santé, de l’emploi, du logement, des fins de mois… Mais il existe également un mal plus profond, un mal-être et un vide intérieur qui ne peuvent être soignés et guéris que par « un supplément d’âme ». Vous serez heureux si vous donnez de la joie et suscitez l’espérance.

Heureuse et sainte année !

Mgr Yves Boivineau
Évêque d'Annecy

Édito de Mgr Yves boivineau à paraître sur la revue Église d'Annecy - janvier 2015