Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saints Pierre et Paul en Genevois Eglise Catholique du canton de Saint Julien en GenevoisParoisse Saints Pierre et Paul en Genevois
Menu

Je suis la porte des brebis !

Homélie du 4ème dimanche de Pâques.

Ce dimanche est traditionnellement celui où Jésus se présente sous les traits d'un berger qui veille sur ses brebis. « C'est lui le pasteur, le berger des brebis, les brebis écoutent sa voix, il les appelle chacune par leur nom. Il marche à leur tête et elles le suivent, car elles connaissent sa voix ».

Dimanche du « Bon Pasteur » où les chrétiens prient, suite à l'invitation du Seigneur, afin qu'il donne les vocations spécifiques nécessaire à la vie de l'Église. La prière ne contraint pas Dieu mais elle manifeste le désir des communautés de recevoir les vocations nécessaires pour que l'Église demeure l'Église de Jésus Christ . Quel est notre désir quant à cette attente aujourd'hui ?

Nous le savons, les ministres et les consacrés dans l'Église sont signes, « sacrements » du seul vrai pasteur, le Christ. Et Pierre nous l'a rappelé : « Le Christ lui-même a souffert pour vous. Dans son corps, il a porté nos péchés sur la croix, c'est par ses blessures que vous avez été guéris. Vous étiez errants comme des brebis ; mais à présent vous êtes revenus vers le berger qui veille sur vous. »

Le Christ prend aussi une autre image : il nous dit qu'il est aussi la porte. Une porte, c'est ce qui nous permet d'accéder d'un lieu à un autre. De notre monde dont nous connaissons la richesse et la beauté mais aussi les imperfections, au monde de Dieu où, grâce au Christ, nous pouvons entrer et accéder. Nous sommes dans ce temps de Pâques où nous célébrons le Ressuscité qui nous permet de passer de la mort à la vie. Oui, il est la porte qui nous ouvre cet avenir nouveau qui est celui de Dieu. Un monde de bonheur et d'amour qu'on peut difficilement imaginer mais dont le Christ est déjà la réalité visible, la mise en forme. Cette Bonne Nouvelle, nous le savons, ne nous est pas donnée pour être gardée jalousement, pour notre confort spirituel mais pour être partagée et annoncée. C'est notre mission aujourd'hui et les différentes vocations sont au service de cette annonce. C'est un grand défi pour les chrétiens actuels de transmettre ce que nous avons reçu, d'être des passeurs d'espérance et de permettre aux futures générations de connaître à leur tour « le pasteur qui veille sur ses brebis » , la porte qui nous permet d'accéder à la vie de Dieu.

Pour cela que notre prière se fasse continuelle pour les vocations qui sont le signe que le Berger veille toujours sur son Église.
Père Louis.

4° Pâques A Jean 10 , 1 – 10